Trois cloches tintinnabulent à Tiffauges

Trois cloches tintinnabulent à Tiffauges

Actuellement plus grand campaniste de l’Ouest, l’entreprise Lussault Laumaillée a réalisé les trois cloches médiévales du futur tintinnabulum du château de Tiffauges. Une prouesse technique.

Le carillon de Villefranche de Rouergue, l’horloge de la cour de marbre à Versailles, celle du Petit Trianon, mais aussi des interventions à Alger... L’entreprise vendéenne Lussault perpétue son savoir-faire à travers le monde. Après 150 ans d’existence, l’entreprise installée depuis 1920 à Tiffauges poursuit son développement. Aujourd’hui, elle inclut trois métiers, campaniste, usinage de précision et outillage bois. L’entreprise a démontré son savoir-faire dans la fabrication des cloches aux visiteurs du marché de Noël de Tiffauges. Des centaines de personnes ont assisté à la réalisation de trois cloches médiévales appelées « La Paix », « La Famille » et « La fête de Noël ».

Un tintinnabulum à Tiffauges

Elles seront les éléments essentiels d’un tintinnabulum médiéval réalisé pour le château de Tiffauges. « C’est une grande première, explique Vincent Laumaillé, Président du groupe Ucandri Invest dont fait partie Lussault. Pour fabriquer ces cloches nous avons d’abord étudié la plus ancienne cloche connue, qui date de 1 202 et se trouve au musée de Bayeux. Nous avons aussi suivi les consignes données par le moine Théophile dans son traité ». Les caractéristiques de cette cloche dite de Fontenailles, ont été révélées au laser. Et une fois attachées aux différents éléments du tintinnabulum, ces trois cloches de 60, 130 et 220 kg pourront être maniées par le public. Grâce à leur profil particulier, ces cloches restituent une mélodie médiévale. Aujourd'hui, la France compte une trentaine d’entreprises campanistes. Lussault est l’une des plus importantes de l’Ouest de la France. « Nous travaillons plus particulièrement sur une vingtaine de départements de l’Ouest », précise Vincent Laumaillé.

«Campaniste» dans le dictionnaire depuis 2007

C’est en 2013 que le groupe Ucandri, dont Vincent Laumaillé est président, rachète l’entreprise Lussault qui appartenait à la même famille depuis cinq générations. Venu du Sud-Ouest, le groupe a aussi une tradition de campaniste. C’est d’ailleurs le père de l’actuel président qui a fédéré les différents acteurs de la profession autour de ce nom « campaniste ». « Auparavant, nous ne savions jamais trop comment nous appeler nous-mêmes : techniciens campanaires, horloger... Campaniste vient du mot campana (ae) cloche ». Accepté par l’Académie française en 2006 il a fait son apparition dans le dictionnaire en 2007.

Les sept métiers du campaniste

Et en effet, le métier de campaniste, s’il tourne autour des cloches comprend de nombreuses spécialités: charpentier, menuisier, serrurier, électronicien, électromécanicien, horloger. « Et je rajoute musicien. Parce que la première chose que fait un campaniste est d’écouter l’harmonie des cloches. En effet, ces dernières doivent être justes et dans un carillon, elles doivent s’accorder les unes avec les autres sans fausses notes», ajoute Vincent Laumaillé. Aujourd’hui, sur les 25 personnes qui travaillent dans l’entreprise vendéenne, 10 sont campanistes. Les autres sont réparties dans les ateliers de sous-traitance (12) et d’outillage bois (3).

Source: Journal de la vendée